Un an de minimalisme

Le minimaliste est entré dans ma vie sans même que je sache que ce concept existait. J’ai tout simplement voulu faire de la place à la maison avant l’arrivée de Romance dans notre vie. Le processus a débuté il y a un an et ne cesse de prendre de l’ampleur dans notre famille.

Il faut comprendre que nous sommes deux adultes et que nous vivons les choses différemment. J’ai été élevé par une mère qui aimait beaucoup magasiner, mais qui après un certain temps, se faisait un plaisir de se débarrasser de ses choses pour faire de la place à du nouveau. Mon père, lui, est un collectionneur d’outils et prend bien soin de ses choses. Il aime être bien équipé et avoir ce qu’il a besoin. Avec le temps, je me suis développé un modèle hybride. J’aime avoir a porté de la main des objets de qualités dont je me sers fréquemment. De son côté, Hubert aime avoir des objets qui lui rappellent des moments passés. Il doit donc posséder une boîte contenant ses souvenirs. Il s’inquiète des besoins qu’on aura dans le futur alors, il a de la difficulté à donner ou se débarrasser de certains objets qui pourraient éventuellement servir. Malgré notre façon opposée d’être en relation avec les objets, nous travaillons à obtenir un espace qui nous convient. Voici donc les changements qui se sont opérés dans notre famille.

Plus de temps

Donc, depuis maintenant un an, les choses ont beaucoup changé dans notre famille. Une des choses qui nous manquait souvent et qui est maintenant davantage disponible dans notre vie est le temps. Nous avons plus de temps pour nous consacrer à nos passe-temps (rénovation pour Hubert et sport pour moi). Nous ne regarderons pratiquement plus la télévision, car nos passe-temps ont pris le dessus. Et puis, inversement, certaines activités prennent accaparent moins de notre temps. Nous passons en moyenne 1h30 à faire le ménage de la maison alors que cela ce prenait environ 3 heures et plus avant. C’est entre autres le rangement des objets qui alourdissait la tâche. Préalablement, lorsque nous invitions des amis à la maison, nous rangions et nettoyions à chaque fois. Maintenant, je prends le temps de ranger les choses à leur place à mesure et les gens me disent souvent que ma maison est organisée et rangée lorsqu’ils viennent nous visiter. Plus de ménage à faire avant l’arrivée de la visite!

Être plutôt qu’avoir

Je sens aussi que nous prenons plus de temps à être plutôt qu’à avoir. Nous n’avons pas arrêté du jour au lendemain de magasiner et de nous procurer des objets, mais ces objets sont totalement différents. Une des activités que j’aimais particulièrement faire était justement le magasinage. J’aimais trouver les meilleures aubaines, la plus belle trouvaille et en parler aux autres. Dorénavant, je suis plus souvent à l’extérieur à m’adonner à un sport, à m’amuser dans notre cour avec Romance, à méditer, etc, et nous faisons plus d’activités en famille. La connaissance de moi-même et la confiance que j’ai en moi ont augmenté grâce à ces activités. Elles m’ont permis de mieux me connecter, de mieux me connaître.

Une maison plus épurée

Naturellement, il est difficile de parler de minimalisme sans évoquer le fait que nous avons moins d’objets à la maison. Les pièces sont plus épurées et nous pouvons sentir l’énergie circuler. De cette façon, nous passons moins de temps à faire le ménage, à réparer des objets, à les chercher, etc. Les objets que nous avons sont sélectionnés, car nous en avons vraiment besoin. Par exemple, j’ai toujours pris beaucoup de temps à préparer ma liste d’épicerie, à préparer mes repas de la semaine, à ranger mon épicerie et à prendre mon dimanche pour préparer les repas de la semaine. Regarder mon frigo et mon garde-manger pour me questionner sur ce que j’avais et ce dont j’avais besoin prenait beaucoup de temps. Maintenant que j’ai fait un grand ménage de mon garde-manger et que j’ai changé ma façon de préparer les repas (je vous livre mes secrets dans un prochain article), je prends vraiment moins de temps pour cuisiner et réfléchir à un repas.

De la place pour mes passions

Mes passions et valeurs ont pris beaucoup plus de place depuis que je suis minimaliste. En quatre ans, j’ai développé un mode de vie zéro déchet. Dans la dernière année, j’ai adopté des changements et des habitudes que je ne m’imaginais pas capable d’adopter auparavant. En effet, depuis maintenant 1 an, nous sommes beaucoup plus à cheval sur le zéro déchet et nous avons changé notre façon de faire notre épicerie et de consommer. Avant, je pratiquais le yoga sans toutefois bien comprendre tous les bienfaits de la discipline. Maintenant, je vois le yoga plutôt comme un style de vie et une façon de me connecter à moi-même. La spiritualité fait maintenant partie de mon quotidien durant mon rituel matinal avec mon journaling, j’ai des cristaux, des oracles pour mieux me guider, je médite quotidiennement, etc. Je me sens plus connecté à mes rêves et mes aspirations.

Bref, je pourrais continuer à vous décrire les changements que nous avons faits depuis 1 an puisque la liste est longue. Somme toute, le minimalisme est un processus de connexion à soi. C’est sa grande richesse selon moi. Et vous, quels sont vos réels besoins? Qu’est-ce qui vous procure le plus de bonheur? Je vous laisse sur cette réflexion.

– Véronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *