Se préparer à accoucher

Mon accouchement arrive à grands pas. Je suis si excitée à l’idée d’accoucher

(hein!?!). Ma doula (accompagnante à la naissance) Camille Laperle m’a expliqué que la peur et l’excitation partent du même point. Ce qui veut dire que nous pouvons transformer notre peur en excitation. C’est fou hein? Je crois que pour moi c’est réussi. J’ai passé par différentes étapes et j’ai rassemblé plusieurs techniques afin que ce moment se déroule le plus positivement possible. Tu vois à quel point je pèse mes mots! 

La grande décision

J’ai pris plusieurs décisions durant ma grossesse. L’une d’entre elles était que je désirais accoucher à la maison. Par contre, j’ai un copain un peu plus craintif que moi qui n’était pas si convaincu que ça. J’ai laissé les choses aller. J’ai usé de persuasion!! Alors voilà. Je vais accoucher chez moi.

La visualisation

Pour transformer la peur en excitation, j’ai dû traverser plusieurs étapes. La première: visualiser mon accouchement. L’image qui me revient souvent est l’accomplissement de mon premier demi-marathon. Je me suis entrainée très fort pour y arriver, j’ai dû m’imaginer traverser la ligne d’arrivée. Je me rappelle du sentiment de douleur mentale et physique durant ma course. Mais par-dessus tout, je me rappelle du sentiment d’accomplissement que j’ai ressenti à la fin. Tout le monde le dit: «bravo aux femmes qui accouchent, car elles traversent une grande épreuve». Alors moi je me dis : «Ah c’est juste une autre épreuve que je vais traverser». Oui, on me répète souvent que j’ai une belle candeur!

La préparation

Ensuite, j’ai préparé mon accouchement à la maison. J’ai assisté aux cours prénataux qui, selon moi, ne fournissaient qu’une petite base par rapport à cette épreuve qui m’attend. J’ai planifié une rencontre avec mon accompagnante à la naissance pour discuter du sujet qui m’inquiétait un peu plus: LA DOULEUR. Non, je n’ai pas peur d’avoir mal, mais je crois qu’il faut mettre son énergie à la bonne place. Voici donc quelques éléments qui vont me permettre de me centrer sur les bonnes choses :

  • J’ai tapissé mes murs d’affirmations;
  • J’ai dessiné un mandala où je me visualise accoucher sereinement. J’ai affiché le mandala dans ma chambre;
  • J’ai collé sur mes murs des images positives que ma merveilleuse amie avait soigneusement imprimées pour son accouchement pour me rappeler qu’elle est là avec moi;
  • J’ai rassemblé mes bougies qui vont me permettre de créer un environnement calme et apaisant. C’est très hygge;
  • J’ai créé une playlist stimulante et relaxante pour les différents moments de mon accouchement.

J’ai aussi préparé un panier d’articles qui vont m’aider durant l’accouchement. À l’intérieur, j’y ai mis un sachet de Rev3 Energy qui est une boisson énergisante avec vitamines et antioxydants faite à base de plantes adaptogènes, mon sirop d’érable avec une cuillère pour me fournir encore plus d’énergie et me réconforter par son goût sucré et une gourde pour que je puisse avoir de la facilité à boire de l’eau. J’ai aussi une affiche qui servira à faire une empreinte de mon placenta. Mais ça, je ne vous en dis pas plus puisque j’en parlerai davantage dans un prochain article. À tout cela, j’ai ajouté mon diffuseur d’huiles essentielles avec les huiles que je préfère (pour ma part, la lavande et le citron), un sac magique pour me réchauffer ou encore froid selon la température de mon corps, une couverture réconfortante pour les moments où mon corps se refroidi, de l’huile à massage pour impliquer notre copain dans tout ça et un petit miroir au cas où j’aurais envie de voir la frimousse de mon bébé pour me motiver à pousser plus fort lorsqu’il arrivera bientôt. J’ai aussi mon appareil photo pour immortaliser ce moment.

Dans mon congélateur, il y a de la nourriture réconfortante pour faciliter les repas après l’arrivée de bébé (soupe, galettes, muffins, noix, etc.).

Mais pourquoi je te raconte tout ça? Je crois qu’un accouchement est une étape dans la vie d’une femme qui peut être le plus beau moment de sa vie ou encore le pire. Afin d’avoir de bons souvenirs, l’une des étapes importantes à considérer c’est la préparation. Les cours prénataux ne sont pas suffisants pour nous y préparer, surtout pour un premier enfant. Alors s’il vous plaît, mesdames, utilisez les ressources à votre disposition et préparez votre mental quelques semaines avant votre accouchement. Le corps et l’esprit sont complètement connectés.

Sur ce, je retourne à ma préparation. Bonne réflexion! Surtout si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’écrire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *